Cluny : un militant d’Attac refuse le prélèvement ADN, un rassemblement s’organise – LE JOURNAL

— On kiff le dernier paragraphe ahah

Soutien au camarade !


 

Photo Le JSL

Un militant d’Attac était convoqué à la brigade de gendarmerie de Cluny ce samedi 6 avril : il a refusé de se soumettre au prélèvement ADN, indique le comité Attac  de Mâcon dans un communiqué.

Parallèlement à cette convocation, à l’appel du comité Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne) de Mâcon, un rassemblement de plus de 110 personnes a été organisé sur le parking de la gendarmerie de Cluny « pour dénoncer leurs pratiques, la dérive sécuritaire de nos dirigeants et la criminalisation des mouvements sociaux », poursuit le communiqué.

Le militant convoqué avait participé à une action de désobéissance civile le 15 septembre 2018, à Cluny. »Il s’agissait de dénoncer le rôle des banques dans la fraude, l’évasion fiscale et leurs investissements dans les énergies fossiles. Lors de cette action, nous avions passé les vitrines des banques locales avec un mélange savon noir/pigments naturels noirs pour rappeler les méfaits des énergies fossiles. (…) Cette action, menée dans un cadre national, était symbolique. Elle visait à interpeller les banques sur leurs pratiques. »

Le Crédit agricole avait déposé plainte. La convocation en gendarmerie faisait suite à cette plainte.

Un an d’emprisonnement

Le délit de prélèvement d’ADN est punissable d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende

https://www.lejsl.com/edition-macon/2019/04/06/cluny-un-militant-d-attac-refuse-le-prelevement-adn-un-rassemblement-s-organise

Refus d’un prélèvement ADN obligatoire à Longwy : attention aux mauvais conseils… – LE REPUBLICAIN

— Le titre de l’article à mourrir de rire ! Le republicain, les gars, soyez sérieux, attention aux mauvais procureurs, d’accord, mais pour le coup, c’étaient d’excellent conseils de son avocat !

Courage au poto !


Ambiance électrique, mardi, au tribunal valdobriotin. Un Longovicien, qui avait refusé de se soumettre à un prélèvement obligatoire d’ADN, s’est attiré les foudres de la substitut du procureur. Le tout sur fond de port illégal d’un pistolet à impulsion… électrique.

Défier le parquet de Briey quand on est en tort relève de la très mauvaise idée ! Mardi, un quadragénaire longovicien en a fait l’amère expérience. Suite au refus du prévenu de se soumettre à un prélèvement d’ADN obligatoire, la substitut du procureur Emily Bandel lui a fait passer un sale quart d’heure devant le tribunal valdobriotin.

Le fichier de la discorde

À la base de l’affaire : une condamnation antérieure pour port illégal d’arme. Le Longovicien avait été contrôlé en possession d’un pistolet à impulsion électrique. Un délit entraînant l’inscription du quadra au Fichier national automatisé des empreintes génétiques.

« Pour moi, ce fichier, c’est pour les agresseurs d’enfants et les criminels. Ce n’est pas mon cas. Je voulais pas y figurer », tente de justifier le mis en cause.

Alors, sur les conseils d’une connaissance, « un avocat luxembourgeois », l’homme a d’abord refusé que les policiers prennent ses empreintes et le photographient. Idem pour le prélèvement ADN. Au passage, l’avocat et le mis en cause ont envoyé un courrier salé à la substitut qui, dans une colère noire, a répondu par une convocation devant le tribunal.

Un mois de prison requis

« Je ne tolère pas votre attitude ! Elle est déplaisante et votre courrier est déplacé », fustige Emily Bandel.

Le Longovicien s’excuse platement à plusieurs reprises, fait valoir qu’il a finalement accepté de se soumettre à ses obligations. Rien n’y fait. La substitut ne décolère pas.

Nouvel avocat du prévenu, Me Philippe Maurel tente d’éteindre l’incendie en insistant sur les mauvais conseils ayant été donnés, à l’époque, à son client. « Nul n’est censé ignorer la loi », souligne Guillaume Bottino, président du tribunal. La défense ne conteste pas, mais plaide néanmoins la relaxe.

Emily Bandel ne l’entend pas de cette oreille. La substitut du procureur requiert une peine d’emprisonnement d’un mois avec sursis.

Le tribunal préfère marquer le coup autrement. Le prévenu est condamné à 10 jours-amende à 1€. Secoué, le Longovicien quitte la salle d’audience. Avec ou sans pistolet à impulsion électrique, la décharge a été sévère.

Y. P.

https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-briey/2019/04/04/refus-d-un-prelevement-adn-obligatoire-attention-aux-mauvais-conseils

Le journaliste et écrivain Michel Lulek, interpellé lors d’une manifestation en Creuse, jugé en appel à Limoges – LEPOPULAIRE

— On avais parlé de sa relaxe l’année dernière, Maitre Kempf nous avait indiqué qu’il y aurait appel, réponse le 10 mai.

Quand les procs vont au deal des consignes de leurs supérieurs, ça donne ce genre de pression judiciaire inutile, après l’arrêt de la cour d’appel de Nancy rendu la semaine dernière, on voit mal la cour infirmer la décision de relaxe!


Le journaliste et écrivain Michel Lulek, interpellé lors d’une manifestation en Creuse, jugé en appel à Limoges

L’avocat de Michel Lulek, Raphael Kempf demande la relaxe integrale de son client.

Le journaliste et écrivain Michel Lulek, jugé en appel à Limoges pour des faits de « violence sur personne dépositaire de l’autorité publique sans incapacité lors d’une manifestation publique » et « refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l’identification de son empreinte génétique par une personne soupçonnée d’infraction entraînant l’inscription au FNAEG ».

Deuxième round judiciaire pour Michel Lulek. L’écrivain et cofondateur de Télé Millevaches était jugé devant la cour d’appel de Limoges, pour des faits de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique et refus de se soumettre au prélèvement ADN.

Faits survenus lors d’une manifestation de soutien à un jeune Soudanais menacé de reconduite à la frontière le 9 juillet 2018, devant la gendarmerie de Felletin.
Condamné en octobre par le tribunal correctionnel de Guéret à une amende de 1.000 € avec sursis pour les violences, il a été relaxé pour le refus de se soumettre au prélèvement biologique. Le parquet a fait appel de cette décision, amenant cette figure militante et intellectuelle du « plateau », à se représenter devant les juges, soutenu par une quarantaine d’amis.

Manifestation de soutien à un jeune demandeur d’asile : Michel Lulek, figure militante du plateau de Milllevaches, interpellé

Sentiment d’injustice

S’il nie les violences, Michel Lulek a tenu a expliqué aux juges de la cour, le contexte dans lequel cet incident s’est produit. « Nous voulions protester contre l’expulsion de notre ami, qui nous semblait totalement injuste, et qui l’était d’ailleurs. Les forces de l’ordre nous ont dispersés, je suffoquais sous les gaz lacrymogènes, j’aperçois Nordeen amené par deux gendarmes, je cours pour lui crier mon soutien et je tombe sur une ligne de gendarmes. La gendarme me dit de reculer, je dis « non, je ne recule pas », je mets mes mains en avant. À peine je frôle son gilet par balles que je me retrouve à terre. Je ne l’ai pas poussée, elle n’a pas reculé ».

« Une question de principe »

« C’est une personne dépositaire de l’autorité publique, vous n’aviez pas à entrer en contact avec elle », commente le magistrat Gilles Fonrouge.
Quant au refus de se soumettre au prélèvement ADN, « c’est une question de principes », reprend Michel Lulek.

Son avocat Me Raphaël Kempf a demandé la relaxe intégrale de son client. « Il est insupportable que les citoyens ne respectent pas la loi, mais il est encore bien plus insupportable quand c’est l’Etat qui ne le fait pas, et là, avec l’expulsion de ce demandeur d’asile, c’est l’Etat ne respectait pas la loi. Voilà pour le contexte. On parle ici d’une violence sans ITT, et dans ce cas, il faut caractériser un choc émotif, a fait savoir l’avocat. Or, il n’y en a pas. La gendarme, qui n’est pas partie civile, le dit elle-même. Qu’il y ait eu un comportement inapproprié sur le plan moral, peut-être. Mais là, il s’agit d’appliquer la loi. Quant au prélèvement ADN qui aurait amené mon client à être fiché au FNAEG* pendant 25 ans, c’est une atteinte disproportionnée au regard des faits et de son casier vierge. »

L’avocat général a quant à lui requis deux mois de prison avec sursis et 400 € d’amende. La cour d’appel de Limoges devrait rendre son arrêt le 10 mai.

https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/faits-divers/le-journaliste-et-ecrivain-michel-lulek-interpelle-lors-d-une-manifestation-en-creuse-juge-en-appel-a-limoges_13528495/

Coup d’arrêt judiciaire au fichage des manifestants – LEPOINT

— On rappel que la nouvelle loi sur le FNAEG publié au JO le 23 mars sera effective au 1er juin 2019 avec les décrets d’applications ! On fera une analyse d’ici là. Et penser à faire les appels, recours, refuser le prélèvement ADN en s’appuyant sur l’arret de la CEDH avant le 1er juin ahah ! Ca va être plus compliquer après, mais le combat continue !

Et bien joué au camarade d’avoir fait appel, belle jurisprudence ! On tiens jusqu’au bout !!!


Coup d’arrêt judiciaire au fichage des manifestants

VIDÉO. La cour d’appel de Nancy relaxe un manifestant qui avait refusé que l’on relève ses empreintes et prélève sa salive, après des violences contre des policiers.

Par 

Modifié le 03/04/2019 à 10:52 – Publié le 03/04/2019 à 06:10 | Le Point.fr

Mur de Bure : les anti-Cigéo relaxés en appel – EST REPUBLICAIN

— Et bim, nouveau refus à Bure !

 


Mur de Bure : les anti-Cigéo relaxés en appel

Le mur de protection en béton a été démoli lors d’un rassemblement.  Photo DR

Condamnés en première instance en avril dernier par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc à 4 mois de prison avec sursis pour des « dégradations en réunion », Christian C. et Christian V., militants anti-Cigéo de 70 ans, ont été relaxés ce jeudi par la cour d’appel de Nancy. Ces mêmes magistrats ont par ailleurs confirmé la relaxe prononcée pour « refus de se soumettre au prélèvement ADN ».

Les deux retraités n’ont pas caché qu’ils étaient bien présents le 16 août 2016 à Mandres-en-Barrois, lors d’une manifestation au projet d’enfouissement de déchets nucléaires dans la Meuse. Ils ont en revanche toujours nié avoir participé à la destruction d’un mur érigé par l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) dans le bois Lejuc.

Pour le parquet, ils ont été reconnus sur des photos issues de médias, de sites internet ou encore prises de l’hélicoptère de la gendarmerie. Dans leur décision, les juges de la cour d’appel écrivent que « Christian V. aurait été identifié comme semblant donner des directives aux manifestants en pointant du doigt vers le mur et Christian C. comme étant la personne en train de tirer une corde pour faire tomber des éléments du mur en béton. Mais lesdites photos, de profil pour leur grande majorité, en noir et blanc, floues, de mauvaise qualité, ne sauraient suffire à permettre leur identification de manière incontestable ».

Eric NICOLAS

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2019/03/21/mur-de-bure-les-anti-cigeo-relaxes-en-appel

Gilets jaunes à Rennes. Un jeune manifestant écroué pour violences contre les policiers – OUEST FRANCE

— Courage aux potos ! Refus, refus et encore refus !

Des tensions avec les forces de l’ordre sont intervenues samedi, vers 16 h, avenue Janvier, à Rennes. Onze manifestants ont été interpellés.

Samedi 30 mars, à Rennes, trois manifestants avaient été interpellés lors de la manifestation des Gilets jaunes pour des violences contre les policiers. Un jeune homme a été écroué, deux autres placés sous contrôle judiciaire dans l’attente de leur procès.

C’était la première fois, samedi 30 mars, que le jeune mécanicien, habitant Brest (Finistère) venait manifester à Rennes. Le jeune homme, originaire du Havre, a été interpellé dans les rues de Rennes. Plusieurs policiers le désignent comme celui qui a jeté un pavé et une canette de bière sur les forces de l’ordre. On lui reproche aussi d’avoir dissimulé son visage avec un foulard noir.Le manifestant nie les faits. Mais il n’a pas pu s’expliquer davantage devant le tribunal devant lequel il a été renvoyé, ce lundi après-midi en comparution immédiate. Le jeune homme a préféré demander un délai pour préparer sa défense.

Déjà douze mentions sur le casier judiciaire

Le parquet a requis le placement en détention dans l’attente de son procès qui aura lieu le 2 mai. Le magistrat a rappelé les douze mentions du casier judiciaire, des condamnations pour des délits routiers pour la plupart. Il a aussi une peine de quatre mois de prison à purger à la suite d’une condamnation antérieure. Ses amis, nombreux dans la salle, ont protesté lorsque le tribunal a annoncé son incarcération.

Les deux autres manifestants, une femme de 24 ans et un homme de 23 ans, interpellés, samedi, dans le jardin du Thabor, ont eu plus de chance. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire jusqu’à l’audience du 2 mai.

Les deux jeunes étaient entrés, samedi après-midi, dans le jardin du Thabor. Les policiers ont voulu les évincer du parc. C’est alors, selon les forces de l’ordre, qu’ils auraient jeté des bouteilles en verre sur la police. L’étudiant aurait ensuite bousculé un policier et lui aurait donné deux coups de pied alors qu’il se trouvait à terre.

Deux étudiants en histoire

La version policière est contestée par les deux manifestants. Ces derniers n’ont fait aucune déclaration en garde à vue. Ils ont conservé le même mutisme devant l’enquêteur de personnalité et ont refusé de donner leur empreinte ADN ou de se laisser prendre en photo. Ils dissimulaient aussi leur visage, selon les enquêteurs, dans la manifestation.

Les deux prévenus sont inscrits en fac d’histoire. L’étudiant a obtenu son master 2 et a fourni une promesse d’embauche, émanant d’un bar de la ville. La jeune femme est toujours étudiante et travaille dans un lycée où elle anime et encadre des activités pour les élèves. Ils ont tous les deux un casier vierge.

« Ils refusent de communiquer »

Le procureur s’est insurgé contre le comportement des deux suspects. « Je ne peux pas demander la clémence, a estimé le ministère public, avant de requérir le placement en détention . Ils sont jusqu’au-boutistes, et refusent de communiquer même avec un travailleur social. Quant à l’étudiante, elle doit donner des repères à des jeunes et se retrouve aux premières loges, derrière un parapluie. »

Un autre homme, interpellé samedi, a été placé sous contrôle judiciaire et sera jugé prochainement en correctionnelle pour participation à un attroupement et refus de donner ses empreintes génétiques et digitales.

Serge LE LUYER.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-la-contestation-finit-derriere-les-barreaux-6290049

Montpellier : la pickpocket de 14 ans récidive en sortant de garde à vue – Metropolitain

Toi aussi joue là comme la petite : refuse le prélèvement ADN !


Une mineure bosniaque âgée de 14 ans a été interpellée à deux reprises en l’espace de quelques heures pour des vols à la tire sur des usagers du tramway de Montpellier.

Jeudi, les agents de la Ville de Montpellier en fonction au Centre de supervision urbaine -CSU- ont remarqué sur les caméras de vidéosurveillance le manège suspect d’une adolescente, qui quittait une rame du tramway à la station de la rue Maguelone et qui se dirigeait à pied vers une agence bancaire proche.

300€ retirés à un DAB

Alerté, le centre d’information et de commandement -CIC- du commissariat central dépêchait une patrouille de policiers de la brigade anticriminalité -BAC- qui procédait à l’interpellation de l’intéressée. Elle venait d’utiliser une carte bancaire volée à un passager du tramway et retirer 300€ à un distributeur automatique de billets, DAB.

En garde à vue, elle a reconnu avoir subtilisé « en douceur » la carte bleue à un usager du tramway, qui avait payé son ticket de transport à un automate de la TaM 3M et dont elle avait réussi discrètement à relever le code secret. La victime ne s’était pas encore aperçue du vol de sa carte bleue, quand la jeune pickpocket a été repérée et arrêtée.

Elle refuse toutes les expertises

Après son audition à la sûreté départementale de l’Hérault, l’adolescente a été remise en liberté. Moins d’une heure après avoir quitté l’hôtel de police, la pickpocket retournait à la station de tram de la rue Maguelone, près de la gare SNCF Saint-Roch, où les agents du CSU de la Ville de Montpellier avaient leur attention attirée par le même manège suspect.

Des policiers de la Sécurité publique de la BAC se rendaient de nouveau sur place et surprenait l’adolescente en possession de 300€ retirés à un DAB avec une carte bancaire « soulagée » à un passager du tramway…

En garde à vue, elle a refusé toutes les expertises, notamment l’examen salivaire pour réaliser un ADN et les tests osseux pour déterminer son âge et pour confirmer que cette ressortissante bosniaque est bien âgée de 14 ans, refusant par ailleurs de donner l’adresse exacte où elle est hébergée, probablement dans un campement de Montpellier.

Elle a été déférée au parquet des mineurs.

Montpellier : la pickpocket de 14 ans récidive en sortant de garde à vue

Police les nouveaux secrets de l’ADN – La Depeche

— Article de la dêpeche de toulouse qui nous apporte quelques infos : 

  • La moitié des prélèvements français, du Havre à Bayonne, de Bordeaux à bientôt Marseille sont traités à Toulouse.

OK c’est bon à savoir.

  • «Il a été très critiqué. Il ne l’est plus aujourd’hui parce qu’il a démontré son utilité», estime Dominque Deharo.

Mais bien sûr, la lutte contre la loi sur le FNAEG dure depuis qu’il existe, encore dernièrement même la sphère politique s’est mobilisé contre sa modification au parlement.

  • Ici, tous les ADN des personnels sont recensés dans un fichier pour être discriminés.

Euh… en gros, un flic peut pas être suspect ??? C’est beau l’entraide entre collègue.

  • Ils vérifient notamment le niveau d’hygrométrie – l’humidité étant l’ennemi juré de l’ADN -, la qualité des sondes, le niveau de traçabilité et la bonne exécution des protocoles. Il faut par ailleurs savoir que le site est sous surveillance jour et nuit. Si par exemple, un frigo tombait en panne en pleine nuit, l’astreinte de nuit serait aussitôt avisée.

Par exemple sir un frigo tombait en panne… Ok ok… 🙂

  • Et donc, judiciaire. Désormais, il est possible de déterminer les caractéristiques morphologiques d’un inconnu à partir d’une trace biologique. Un «portrait-robot génétique» développé par le laboratoire de l’INPS de Lyon au service de toute la France.

Donc en gros. Le parlement rejette à l’assemblée nationale là possibilité de conserver de l’ADN codant (c’est lui qui permet de tirer ce portrait robot), mais par contre l’INPS peut l’analyser et nous tirer le portrait grâce aux traces trouvés sur les lieux d’un délit / crimes. On en apprend tout les jours. C’est carrément incroyable.

  • Savoir à quand remonte une trace génétique et surtout, à quoi ressemble le suspect : tous les officiers de police judiciaire en rêvent. «Encore 5 à 10 ans à patienter, estime Dominique Deharo. C’est toute la planète ADN qui travaille dessus : cela va aller vite.»

On a compris Dominique tu veux tous nous mettre en prison et nous fiché-es.

  • L’an dernier, 35 110 personnes ont été confondues.

Le FNAEG fait bien son boulot à ce qu’on voit. Faites attention à vous les potos !


Le laboratoire de police scientifique de Toulouse traite des milliers de recherche d’ADN chaque mois. Un travail désormais indispensable pour les policiers, les gendarmes et les juges.

Au fond du commissariat central de Toulouse, un bâtiment aux entrées surveillées. On y pénètre en «offrant» son ADN avant de se draper de blouse, bonnette et masque. «Un simple postillon et des centaines de cellules portant votre ADN vont polluer notre travail», justifie Dominique Deharo, directeur adjoint, masque sur le nez.

Dans une salle hermétique à l’atmosphère confinée, un homme travaille. Il a compilé des buvards de la taille d’un tee-shirt. Ce vêtement, une jeune femme le portait quand elle a été violée. Placée sous scellé, la pièce à conviction a été remise pour analyse. Le technicien cherche une trace. Après passage par une presse, les papiers sont proposés à des révélateurs chimiques. Une micro-trace apparaît. «Du sperme…», prévient l’homme de laboratoire. Celui du violeur ? «Nos analyses complètent les investigations des policiers ou gendarmes, argumente Dominique Deharo. Contrairement à certaines séries télé, nous ne désignons pas les coupables. Nous cherchons, et analysons des traces. Nous proposons ensuite des profils aux enquêteurs. À eux de déterminer s’il s’agit d’un suspect ou d’un proche.»

En moins de 20 ans, l’ADN est devenu incontournable dans tous les dossiers. Les crimes de sang, l’identification d’un cadavre victime d’un attentat ou d’une catastrophe mais également ce que les personnels de l’INPS, l’institut national de police scientifique dont dépend le laboratoire de Toulouse, désignent comme «la délinquance de masse».

«Chaque mois, nous traitons 2 300 dossiers de cambriolages, vols, dégradations, résume Dominique Deharo. Les spécialistes réalisent les prélèvements sur les lieux de l’infraction. Pour la délinquance quotidienne, nous recevons maximum trois écouvillons par dossier. Ils sont immédiatement analysés.» Un travail à la chaîne, très codifié, dont les résultats disponibles sous 20 jours maximum mobilisent 70 % du temps de travail des biologistes. La moitié des prélèvements français, du Havre à Bayonne, de Bordeaux à bientôt Marseille sont traités à Toulouse. «Pour 2019, nous devrions monter à 3 000 analyses par mois», annonce une des responsables de l’unité.

Le reste concerne les crimes. Il faut alors parfois analyser jusqu’à 100 prélèvements. «D’un travail de masse, nous devenons artisans sur les crimes. Avec une capacité de mobilisation h 24 quand l’enquête le nécessite», préviennent les biologistes. Ils ne risquent pas de manquer d’activité. «Nos capacités à faire parler les ADN ont beaucoup évolué depuis 20 ans, avertissent ces spécialistes. Les progrès sont loin d’être aboutis. Demain, c’est certain, l’ADN nous donnera beaucoup plus d’informations.»


L’ADN promet d’autres surprises

L’ADN s’est glissé dans les enquêtes criminelles au milieu des années 90 quand Guy Georges, tueur en série de l’Est parisien (7 victimes), mobilisait l’énergie des enquêteurs de la brigade criminelle du 36 Quai des Orfèvres. À l’époque, le juge Gilbert Thiel a dû piquer une grosse colère pour que des prélèvements ADN soient comparés et que le tueur soit identifié et vite arrêté. «Avec un fichier de comparaison ADN, nous aurions pu sauver au moins deux jeunes femmes», a affirmé lors du procès un policier de la Crime. En juin 1998, la loi Guigou a créé le fameux FNAEG, le fichier national automatisé des empreintes génétiques. «Il a été très critiqué. Il ne l’est plus aujourd’hui parce qu’il a démontré son utilité», estime Dominque Deharo. L’ADN s’est imposé dans toutes les enquêtes jusqu’à devenir une recherche lambda, comme le relevé des empreintes. «L’exploitation de l’ADN a réellement explosé à partir de 2005», estiment les spécialistes de l’INPS. Aujourd’hui l’ADN permet de relier un suspect à une scène de crime mais, demain il apportera sans doute beaucoup plus d’information aux enquêteurs. Déjà il permet de dresser des portraits-robots (lire page suivante). «Dans moins de 10 ans, pronostiquent les spécialistes de l’INPS on pourra le dater et dire comment il a été déposé».


Repères

Interview Dominique Deharo, Directeur adjoint du laboratoire de police scientifique de Toulouse, appartenant à l’INPS.

«La traçabilité d’un scellé est primordiale»

Quelle est votre mission ?

Effectuer en laboratoire les analyses scientifiques et techniques demandées dans un cadre pénal par des enquêteurs ou des magistrats. Dans le cas d’analyses balistiques – une Division dont est doté Toulouse – ou pour les incendies et explosions, on peut être amené à se déplacer sur le terrain. Sinon tout se passe ici.

Comment cela marche ?

Dans le cas de la flagrance, un officier de police judiciaire, gendarme ou policier national, vient porter son scellé dans un espace dédié avant qu’il parte pour analyses. Sinon, il s’agit d’une ordonnance de commission d’expertise délivrée par un juge lors de l’instruction. Dans les deux cas, dès la réception d’un échantillon, un code-barres lui est conféré. Ce qui nous assure une totale traçabilité : c’est primordial. À tout moment, on sait où se trouve un écouvillon et à quel stade il en est. S’il a été exploité, si les analyses sont en cours, où il est conservé, etc. La force de notre site, c’est aussi la séparation entre le laboratoire de biologie situé dans un bâtiment à part et l’espace de réception des scellés. Les flux entrants et sortants ne se croisent jamais. C’est essentiel pour éviter la pollution.

C’est-à-dire ?

Pour déceler un ADN, on a besoin de 0,7 nanogramme, soit un milliardième de gramme. Un simple postillon ou une pellicule suffit à polluer un échantillon, il faut être extrêmement vigilants. Ici, tous les ADN des personnels sont recensés dans un fichier pour être discriminés.

On imagine volontiers que l’hygiène est une obsession…

Tout est réglementé par des protocoles. Par exemple, entre chaque prélèvement et ce, après s’être désinfecté les mains et avoir endossé les protections, on change de gants. À Toulouse, on bénéficie d’une accréditation Cofrac, un comité national et indépendant, qui réalise chaque année un audit poussé sur la base de normes internationales qui touchent aussi bien la partie d’exploitation biologique que le traitement administratif. Ils vérifient notamment le niveau d’hygrométrie – l’humidité étant l’ennemi juré de l’ADN -, la qualité des sondes, le niveau de traçabilité et la bonne exécution des protocoles. Il faut par ailleurs savoir que le site est sous surveillance jour et nuit. Si par exemple, un frigo tombait en panne en pleine nuit, l’astreinte de nuit serait aussitôt avisée. C’est une très, très grosse machine.


Bientôt un vrai portrait-robot

C’est une petite révolution dans le microcosme scientifique. Et donc, judiciaire. Désormais, il est possible de déterminer les caractéristiques morphologiques d’un inconnu à partir d’une trace biologique. Un «portrait-robot génétique» développé par le laboratoire de l’INPS de Lyon au service de toute la France. Autrement dit, si dans le cas d’un crime ou d’un délit, l’ADN prélevé par les enquêteurs ne «matche» pas avec la base de données du Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), les biologistes de l’Institut national de police scientifique (INPS) peuvent toutefois en dépeindre certains traits physiques. Comme la couleur de la peau, des cheveux ou des yeux. «Ce n’est pas une identification directe : il s’agit d’une méthode prédictive pour orienter l’enquête», prévient Catherine, biologiste à la Division d’identification des personnes du laboratoire de l’INPS de Toulouse.

Un exemple : l’affaire du meurtre de Caroline Dickinson, une collégienne violée et étouffée en 1996. À l’époque, 3 700 profils ADN avaient été prélevés. Aucun n’était celui de Francisco Arce Montes, condamné en 2004. «Mais avec ce type de technique, on peut affiner le profil du suspect en éliminant, par exemple, tous les blonds d’un échantillon de suspects. Cela fonctionne un peu comme le jeu Qui est-ce ? », note Catherine. Avec des taux de prédiction qui «dépassent les 90 %», relève Dominique Deharo, le directeur adjoint de l’antenne toulousaine de l’INPS. Mais le progrès ne s’arrête pas là.

Désormais, il est possible de déterminer si la personne recherchée a des taches de rousseur ou son degré de calvitie. Ou encore, son origine biogéographique. «Mais attention : un suspect peut très bien être porteur de gênes asiatiques, par exemple, sans pour autant qu’ils soient exprimés physiquement», observe la biologiste. «C’est un outil en plus : c’est mieux qu’un portrait-robot physique», analyse Dominique Deharo.

Actuellement, la Recherche s’intéresse de très près à la prédiction de morphologie faciale. Un vrai portrait-robot physique basé sur les caractéristiques issues de l’ADN exploité que la communauté scientifique aimerait par ailleurs pouvoir dater. Savoir à quand remonte une trace génétique et surtout, à quoi ressemble le suspect : tous les officiers de police judiciaire en rêvent. «Encore 5 à 10 ans à patienter, estime Dominique Deharo. C’est toute la planète ADN qui travaille dessus : cela va aller vite.»


Le chiffre : 35 110

Identifications > En 2018. Actuellement, le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) recense 3 millions de profils génétiques. L’an dernier, 35 110 personnes ont été confondues.

https://www.ladepeche.fr/2019/03/10/police-les-nouveaux-secrets-de-ladn,8059557.php 

Rassemblement de soutien aux inculpés de la Plaine – MARS-INFO

— Appel à soutien au TGI de Marseille le 14 mars à 8h30 !

Rappel : faites toujours appel suite à une condamnation ADN, y’a plein de jurisprudences en ce moment qui déboîte, hésitez pas à regarder la page « défense juridique » !


Rendez-vous devant le TGI de Marseille les 6 et 14 mars à 8h30, pour soutenir les personnes inculpées dans le cadre de la lutte contre les travaux effectués à la Plaine qui passent au tribunal.

  •  Mise à jour : jeudi dernier à 12h11

    Des peines politiquement motivées

    Le juge Bagur cache peu ses positions anti-plainards. Sur les 3 personnes interpellées le premier jour des travaux qui ont comparu hier, 2 ont écopé de peines plus lourdes que les réquisitions de la procureure.

    • 4 mois de sursis et 140h de TIG pour un jet de bouteille en plastique (réquisition de la proc : seulement du TIG !)
    • 100 jours amendes à 3 euros/jour pour un jet de caillou sur le camion de chantier
    • 3 mois de sursis pour « rébellion » et 600 euros d’amende pour refus d’ADN, plus 800 euros de provision pour les dommages et intérêts au keuf, relaxe sur le chef de violences (la proc avait demandé la relaxe sur le chef de violences, et 2 mois de sursis).

Depuis quelques années à la plaine, la lutte s’organise contre la « requalification de la place Jean Jaurès », projet qui sert cet objectif de la mairie : virer les pauvres du centre ville.

Jeudi 11 octobre 2018, dernier jour de marché, la SOLEAM entame les hostilités, avec comme arsenal un camion-grue encadré par la police, chargé de blocs de béton destinés à cerner la place. Spontanément, des habitants du quartier et des alentours se rassemblent pour bloquer le passage de ce camion augurant la destruction du quartier. En face : matraques, tonfas et lacrimos. 

Cinq personnes sont interpellés, quatre inculpées
. L’une est incarcérée plusieurs semaines en détention provisoire pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, rébellion, refus de signalétique et de prélèvement ADN, elle écopera finalement la peine de 7 mois de prison avec sursis.

Les 3 autres, placées sous contrôle judiciaire, sont convoquées au tribunal le 6 mars pour jet de projectiles, violence sur agent, refus d’ADN et rébellion.

Le 16 octobre, les arbres sont abattus sous les huées de la foule. La police intervient et interpelle cinq personnes. Trois passeront en comparution immédiate, deux d’entre elles, inculpées pour violences à agent sans ITT sont relaxées. La troisième, inculpée pour violences sur agent ayant entraîné 2 jours d’ITT, et résistance à l’arrestation est condamnée à six mois de prison avec sursis, et une nouvelle date de procès en septembre 2019 pour statuer sur les dommages et intérêts.

La semaine suivante, les opposants invectivent les ouvriers protégés par les vigiles et la police. Une personne est inculpée. Elle est convoquée le 14 mars sous prétexte d’outrage à agent.

Ces derniers mois la lutte s’est exprimée sous différentes formes : assemblées et réunions publiques, occupation de la place, journaux, affiches, festivals, manifs, carnavals, solidarité avec les victimes et les délogés du 5 novembre… Ces formes de lutte se sont articulées les unes aux autres, et ont permis que la résistance aux travaux soit plus massive, que chacun, chacune puisse s’y impliquer. En réponse, la ville ne lésine pas sur les moyens. Construction d’un mur, invasion de CRS, patrouille de la BAC, et une répression importante dont l’objectif est d’isoler, de dissuader mais aussi de couper court à la lutte. Face à cette division, notre arme est plus que jamais de répondre collectivement à la répression. Quand une personne passe en procès, c’est tout le mouvement qui est inculpé.

Michel, Sofiane et Nicolas sont convoqués au tribunal le 6 mars à 8h30 au TGI de Marseille, Anthony le 14 mars à 8h30.

Retrouvons nous pour un rassemblement devant le palais de justice.

https://mars-infos.org/rassemblement-de-soutien-aux-3936

Prison ferme requise contre Paul-Félix Benedetti – Corse Net Infos

— Les indépendantistes corses se retrouvent comme souvent en procès pour refus d’ADN et refus de se soumettre au FIJAIT. On vous donne des nouvelles du rendu le 26 mars (notamment pour le mois de prison demandé pour refus d’ADN).


Paul-Félix Benedetti, le leader de Core In Fronte, qui comparassait ce mardi après-midi devant le tribunal de grande instance de Bastia « pour violences volontaires, outrage sur dépositaire de l’ordre public » sera fixé sur son sort le 26 Mars prochain. Ce 26 février le ministère public a requis à son encontre 5 mois de prison ferme et un mois supplémentaire pour refus d’ADN et de prise d’empreintes.

@coreinfronte2017

Les faits qui lui sont reprochés remontent au 26 Septembre dernier 
Paul-Felix Bénedetti avait souhaité assister ce jour-là au procès de son frère et de deux autres militants nationalistes  poursuivis pour refus d’inscription au FIJAIT.
Le leader de Core in Fronte avait été repoussé, avec plusieurs dizaines de jeunes, devant les grilles du palais de justice de Bastia par un fonctionnaire de police avec lequel il aurait eu, selon l’accusation, maille à partir.
Une grenade lacrymogène, que le prévenu aurait tenté d’enlever des  mains du policier, aurait ensuite explosé, blessant le fonctionnaire au visage.
Une version contestée devant le tribunal par le prévenu qui s’est dit « gazé sans raison » et frappé au bas du ventre. Le différend se serait ensuite poursuivi verbalement devant l’entrée du palais de justice.Le ministère public a requis a requis  5 mois de prison ferme et un mois supplémentaire pour refus d’ADN et de prise d’empreintes à l’encontre de Paul-Felix Benedetti.

Le tribunal, qui a indiqué que le policier « menacé » et craignant pour lui et pour sa famille, avait retiré sa plainte, a mis son jugement en délibéré au 26 Mars prochain.

Des réquisitions « complètement disproportionnées » pour Core in Fronte qui estime que ce « procès est un prétexte pour essayer de faire taire la voix politique de Paul Félix Benedetti. Il renforce la détermination deCore in Fronte pour l’avènement d’un peuple corse maître de ses droits et de son destin ».